Le Syndrome de Fritz -
  • feuilleter
  • Roman
  • Littérature étrangère
  • Date de parution : 15/11/2012
  • 192 p., 8,49 EUR €
  • ISBN 978-2-88250-286-5
Le Syndrome de Fritz
Dmitri Bortnikov
Traduit par Julie Bouvard
Langue d'origine : Russe

« La tragédie, rien à foutre ! On était trop jeunes et trop affamés pour elle. Nous, on voulait vivre. C’était ça, ce que clamaient nos veines tranchées, nos mâchoires éclatées, nos furoncles sanguinolents. On suppliciait nos corps parce qu’on crevait la dalle de vivre, la nuit surtout. Et quand on perdait la boule, personne n’y croyait. »

 

Paris, rue des Thermopyles. Dans un squat d’émigrés, sur le lit défait d’une pièce glacée, un homme écrit à même son drap. Il convoque fébrilement sa mémoire pour recréer sa terre d’origine, la Russie et à travers elle une enfance à la campagne, faite de fantasmes et de déchirures, et l’armée, plus tard, au fin fond de l’Arctique…

Dans une langue âpre, dense, charnelle, où la dérision et l’humour s’unissent au désespoir, Dmitri Bortnikov nous entraîne aux bords d’un gouffre, dans le secret de l’âme humaine – et, tout à la fois, dans la cruauté et la beauté du monde, comme l’écrit Iouri Mamleev.

 

 

Les livres numériques des Éditions Noir sur Blanc sont disponibles aux formats epub et mobi et sont pourvus d’un dispositif de protection par filigrane. Ils sont lisibles sur l’ensemble des ordinateurs et appareils mobiles (liseuse, tablette et smartphone).

ils en parlent…
  • « Pour servir ce texte bouleversant de corporalité, Julie Bouvard invente, crée, étonne, offense. La grande réussite de cette traduction tient aux contrastes génialement préservés entre poésie de l’intime, logorrhée de l’obscène, et amples échappées lyriques. »

    Agnès Desarthe, Prix Russophonie

     

    « Un souffle puissant anime ce roman initiatique, condensé de jeunesse extrême – violemment désespéré et désespérément humain. »

    Philippe Chevilley, Les Échos

     

    « Le Syndrome de Fritz est un livre puissant, sombre et lumineux, écrit dans une langue rugueuse, lyrique aussi, que la traductrice Julie Bouvard a su admirablement restituer. »

    Christine Mestre, Le Figaro

À propos de l'auteur
Du même auteur