Zone cirque -
  • Récit
  • Littérature étrangère
  • Date de parution : 02/11/2017
  • 282 p., 14,99 EUR €
  • ISBN 978-2-88250-509-5
Zone cirque
Jáchym Topol
Traduit par Marianne Canavaggio
Langue d'origine : Tchèque

« Le ciel nous tombait dessus, traversé par d’immenses cigognes qui battaient des ailes, comme des voiles de feu, et on a entendu de nouvelles explosions et les cigognes qui claquaient du bec : tacatacatacatac… je suis tombé sous les jambes de quelqu’un, mais je ne pouvais pas m’empêcher de rigoler… c’est que dans les ombres immenses qui parcouraient le ciel, je ne voyais plus des nuages, mais des petits cochons ! Et des ombres de chèvres et de boucs cabriolaient dans les airs, des ombres de chiens et de coqs chevauchaient l’échine des cochons ! Et une belette au museau ensanglanté paradait devant des poules qui miaulaient comme des chats… »

Dans la Tchécoslovaquie d’après-guerre, un orphelinat religieux est repris en main par un groupe de soldats. Les garçons reçoivent trois sous d’instruction militaire avant d’être confrontés à l’invasion du pays par les troupes du pacte de Varsovie. Alors que la population organise la résistance, le jeune héros, Ilia, se retrouve enrôlé par une division de tankistes soviétiques dont la véritable mission, longtemps tenue secrète, consiste à rassembler les cirques ambulants pour transformer la région en un grand parc d’attractions socialiste…

Les livres numériques des éditions Noir sur Blanc sont disponibles aux formats epub et mobi et sont pourvus d’un dispositif de protection par filigrane. Ils sont lisibles sur l’ensemble des ordinateurs et appareils mobiles (liseuse, tablette et smartphone).

ils en parlent…
  • « Le lecteur n’a pas le temps de souffler, tour à tour empathique, agacé, indigné, ahuri ou hilare mais en tout cas pas indifférent. »

    Marc-Olivier Parlatano, Le Courrier

     

    « Ce roman tout fou est proprement jubilatoire. »

    Jean-Christophe Buisson, Le Figaro Magazine

     

    « Raconter la guerre à hauteur d’enfant est une gageure que Jáchym Topol tient brillamment. »

    Isabelle Rüf, Le Temps

À propos de l'auteur
Du même auteur