Un hiver sur le Nil -
  • feuilleter
  • Récit
  • Littérature de voyage
  • Date de parution : 01/10/2015
  • Format : 15 x 23 cm, 304 p., 22,00 EUR €
  • ISBN 978-2-88250-396-1
Un hiver sur le Nil
Florence Nightingale et Gustave Flaubert, l’échappée égyptienne
Anthony Sattin
Traduit par Florence Hertz
Langue d'origine : Anglais (Royaume-Uni)

À l’hiver de 1849, une jeune Anglaise malheureuse et un obscur écrivain français montent, le même soir, à bord du vapeur qui relie Alexandrie au Caire. Ils ont un peu moins de 30 ans et partagent l’espoir que la découverte de l’Orient viendra dénouer leur conflit intérieur. Huit ans plus tard, l’un et l’autre étonneront le monde : Florence Nightingale en organisant les secours aux blessés de la guerre de Crimée et Gustave Flaubert en publiant Madame Bovary.

En 1849, Nightingale n’est encore qu’une jeune femme qui s’insurge contre son destin (le mariage) et que des relations de ses parents emportent en voyage pour tenter de l’apaiser. Quant à Flaubert, auquel ses amis viennent de conseiller de jeter au feu son premier grand livre : La Tentation de saint Antoine, il part, morose, dans les bagages de son ami Maxime Du Camp.

D’Alexandrie à Abou-Simbel et retour, au rythme lent de ce voyage le long du Nil, Anthony Sattin nous restitue la magie d’une Égypte que le tourisme n’a pas encore mise en coupe réglée et, par l’entremise des journaux et des correspondances, un épisode crucial dans la vie de deux personnalités d’exception.

ils en parlent…
  • « Comment découvrir l’inattendu au sujet de deux personnes sur lesquelles les spécialistes croyaient tout savoir. »

    V. M., Point de vue

     

    « Étayé par les lettres et les journaux intimes des protagonistes, ce livre érudit et enchanteur, remarquablement traduit par Florence Hertz, est une invitation au voyage qui rivalise avec celle de Baudelaire. »

    Lucien d’Azay, Revue des deux mondes

     

    « Anthony Sattin, journaliste anglais spécialisé dans les récits de voyage, raconte magnifiquement comment ce voyage bouleverse l’existence de Gustave Flaubert et Florence Nightingale. »

    Isabelle Falconnier, L’Hebdo

À propos de l'auteur
Du même auteur
Plus de titres