Zahhâk, le roi serpent -
  • Roman
  • Littérature étrangère
  • Date de parution : 03/10/2019
  • Format : 15 x 23 cm, 576 p., 26,00 EUR €
  • ISBN 978-2-88250-582-8
Zahhâk, le roi serpent
Vladimir Medvedev
Traduit par Emma Lavigne
Langue d'origine : Russe

Sélection du prix Pierre-François Caillé 2020 

 

« Si vous avez peu de terres, il faut y planter de l’or… »

 

Tadjikistan, années 1990. Au lendemain de l’effondrement de l’URSS, la guerre civile plonge le pays dans le chaos. Un ancien cadre du Parti communiste, Zouhourcho, retourne dans les montagnes du Pamir pour y imposer sa loi et convertir les habitants à la culture du pavot. Il porte autour du cou un gigantesque python évoquant le roi Zahhâk du Livre des Rois, dont les épaules étaient prolongées par deux serpents diaboliques se nourrissant de cerveaux humains.

 

Sept narrateurs prennent tour à tour la parole. Tous sont forcés de remettre en question leur univers dans cette période de bouleversements : Andreï et Zarina, jumeaux âgés de seize ans, de père tadjik et de mère russe, contraints de s’adapter à la vie dans un village de montagne ; leur oncle Djoroub, empreint des traditions des hauts plateaux ; le jeune Karim, naïf et rêveur ; Oleg, journaliste russe qui replace le récit dans son contexte historique ; Davron, ancien officier soviétique ; et enfin le cheikh Vahhob, ermite soufi issu du monde séculier.

 

Vladimir Medvedev nous fait découvrir le monde très mal connu du Pamir tadjik ; avec un grand souffle épique, il tisse une généalogie du despotisme, tout en tenant le lecteur en haleine face au destin des différents personnages.

ils en parlent…
  • « C’est un roman qui ressemble à son paysage, les montagnes du Tadjikistan : massif, multipliant les perspectives. Le roman d’un Russe, Vladimir Medvedev, à l’âme tadjike… »

    Damien Aubel, Transfuge

     

    « Embuscades, amours, haines et trahisons se succèdent dans ce roman prenant où Vladimir Medvedev cultive un art consommé du suspense. »

    Marc-Olivier Parlatano, Le Courrier

     

    « Ce roman captivant méritait une traduction aussi réussie, qui fait valoir le russe à la fois comme langue de création littéraire et comme langue de transmission, servant ici de relais entre l’Asie centrale et l’Europe. »

    Françoise Genevray, Juré du prix Russophonie 2020

     

À propos de l'auteur
Existe aussi
Du même auteur
Plus de titres
À découvrir