La bibliothèque de Dimitri

Nouvelle collection des Éditions Noir sur Blanc

Fondées en 1966 par Vladimir Dimitrijević, les Éditions L’Âge d’Homme ont constitué au fil des ans un catalogue de plus de quatre mille titres, jusqu’au décès de leur fondateur en 2011. Vladimir Dimitrijević avait la vision d’une littérature libre, affranchie de toute contrainte et de toute idéologie.
Ayant constaté les lacunes de l’édition francophone, notamment dans le domaine des littératures d’Europe centrale et orientale, il a constitué un catalogue aussi éclectique que cohérent.

Sept années plus tard, dans le but de rendre hommage au travail de défricheur de Vladimir Dimitrijević, les Éditions Noir sur Blanc reprennent ce qui constituait le coeur de L’Âge d’Homme, à savoir la majeure partie du domaine étranger (avec notamment le plus grand corpus slave de l’édition francophone).

En chiffres, cela représente plus de six cents titres du domaine russe (Biely, Gontcharov, Zamiatine), polonais (Czapski, Witkiewicz), serbe (Andrić, Tišma, Šćepanović), anglo-saxon (Chesterton, Saki), italien (Campana, Corti, Pirandello), germanique (Ewers, Stirner, Weininger), sans compter les Tchèques (Bass, Čapek), les Espagnols (Cortes, Gracian, Unamuno) et de nombreux autres.

La bibliothèque de Dimitri proposera des rééditions, aux traductions revues et corrigées, souvent assorties de préfaces ou postfaces inédites, ainsi que des nouveautés sélectionnées dans le respect de la vision de la littérature défendue par Vladimir Dimitrijević.
Ces titres sont épuisés et réclamés depuis des années par les lecteurs et les libraires. Ils seront également disponibles en version électronique.

PROGRAMME 2019

> Mars

Andreï Biely, La Colombe d’argent (Russie)
Stanisław Witkiewicz, L’Inassouvissement (Pologne)

> Mai

Valeri Brioussov, L’Ange de feu (Russie)
Alexandre Grine, L’Attrapeur de rats (Russie)

> Septembre

Andrzej Bart, La Fabrique de papier tue-mouches (Pologne, inédit)

> Octobre

Anatoli Mariengof, Mon Siècle, mes amis (Russie, inédit)
George et Weedon Grossmith, Journal d’un homme sans importance (Royaume-Uni)