Le Baptême des barreaux

Le Baptême des barreaux

Edouard Kotcherguine

Né dans une famille d’origine polonaise, Édouard est accusé à quatre ans d’être le fils d’« ennemis du peuple » ; il est évacué du blocus de Leningrad et envoyé dans un orphelinat du NKVD près d’Omsk, en Sibérie. En 1945, le petit garçon décide de s’évader pour rejoindre sa mère à Leningrad. Il lui faudra six ans. C’est cet extraordinaire périple en train, seul,...

Traduit par Julie Bouvard

Édition papier

Date de parution : 07/03/2013

Prix : 18,00 €

Format : 23 x 15 cm, 240p.

ISBN : 978-2-88250-299-5

    « Un magnifique récit impressionniste. »


    Sophie Pujas, Transfuge


     


    « Quand le jeune Édouard clôt sa première journée de liberté par un repas comme jamais dans sa vie chez son oncle Janek, quand il s’effondre sur le divan et s’enfouit dans un pesant cauchemar, les lourds chevaux de l’état-major s’ébranlent, les culasses s’entrechoquent, le procureur menaçant exorbite ses yeux, et le petit Polonais retrouve les mots de la prière entendue avant son incarcération à quatre ans : “ Matka Boska, mère de Dieu, protégez-nous ! ” On se prend à penser : lui et nous, nous tous… »


    Georges Nivat, Le Temps


     


    « À travers ses yeux d’enfant en cavale, Édouard Kotcherguine donne un témoignage nouveau, étonnant et rare sur la Russie pendant la période stalinienne. Tout contribue à donner à ce récit d’apprentissage un parfum de liberté qui triomphe du malheur. »


    Christine Mestre, Le Figaro

Né dans une famille d’origine polonaise, Édouard est accusé à quatre ans d’être le fils d’« ennemis du peuple » ; il est évacué du blocus de Leningrad et envoyé dans un orphelinat du NKVD près d’Omsk, en Sibérie. En 1945, le petit garçon décide de s’évader pour rejoindre sa mère à Leningrad. Il lui faudra six ans. C’est cet extraordinaire périple en train, seul, dans une URSS marquée par la guerre et le stalinisme, qui nous est raconté dans Le Baptême des barreaux.

Sans jamais verser dans le sentimentalisme, Édouard Kotcherguine évoque avec humour les épisodes et les personnages marquants de son épopée : la rencontre avec Mitiaï l’aveugle, son premier ami ; les haltes dans différents orphelinats, pour passer l’hiver ; le Chinois qui lui apprend l’art du dessin et le Khanty qui lui transmet les secrets du feu… mais aussi les soldats revenant du front, les voleurs qui cherchent à l’embaucher, la faim, le froid, et la prodigieuse entraide en ces temps difficiles.

Récit d’apprentissage, Le Baptême des barreaux forme un tableau vivant de l’URSS, un témoignage exceptionnel sur les années staliniennes.