Les Fenêtres

Les Fenêtres

Hanna Krall

Durant les années « Solidarité », à Varsovie, l’exaltation de la lutte pour la liberté le dispute à la grisaille et à la répression. L’héroïne de ce lumineux roman, Celina, est devenue photographe sur le tard. Elle tombe enceinte après une aventure, au moment même où sa fille vient d’avoir un enfant. Dans l’époque qui est la sienne, la clandestinité politique se confond...

Traduit par Margot Carlier

Édition papier

Date de parution : 01/04/2021

Prix : 18,00 €

Format : 23 x 15 cm, 160p.

ISBN : 978-2-88250-681-8

Édition numérique

Acheter ce livre au format numérique

Date de parution : 01/04/2021

Prix : 12,99 €

ISBN : 978-2-88250-682-5

    « Hanna Krall use ici d’une sorte d’humour non pas noir mais comme métaphysique et manifeste surtout une attention vive aux moindres inflexions de nos existences fragiles. »


    Thierry Cecille, Le Matricule des Anges


     



    « Dans Les Fenêtres d’Hanna Krall, tableau de la Pologne de 1940 à 1984, l’invisible est silencieusement présent. Miraculeux. »


    Astrid de Larminat, Le Figaro littéraire



     

    ,

Durant les années « Solidarité », à Varsovie, l’exaltation de la lutte pour la liberté le dispute à la grisaille et à la répression. L’héroïne de ce lumineux roman, Celina, est devenue photographe sur le tard. Elle tombe enceinte après une aventure, au moment même où sa fille vient d’avoir un enfant. Dans l’époque qui est la sienne, la clandestinité politique se confond parfois avec celle des amours. Sa porte, bien entendu, est ouverte aux dissidents, de même que, pendant la guerre, lorsqu’elle était petite, sa mère avait accepté de cacher des juifs.

Celina assiste jour après jour à la parodie de procès ayant suivi l’assassinat du lycéen Grzegorz Przemyk par la milice, un meurtre qui a bouleversé la Pologne. En 1984, l’état de siège décrété par le général Jaruzelski vient de prendre fin, mais la situation est plus tendue que jamais. Les gens se sentent épiés, et ils le sont. Un agent de la police politique, dans un café, vous présente une photo où vous figurez en compagnie d’une autre personne. Mais qui a bien pu prendre la photo, alors qu’on était seuls ?