Terre inhumaine

Terre inhumaine

Joseph Czapski

Collection La bibliothèque de Dimitri

Première édition : L’Âge d’Homme, 1978

Traduction revue et corrigée

Préface de Timothy Snyder

En 1941, lorsque l'Allemagne se retourna contre l'URSS, des dizaines de milliers de Polonais – hommes, femmes et enfants – furent libérés des camps de prisonniers soviétiques et autorisés à rejoindre l'armée polonaise formée dans le sud du...

Traduit par Maria Adela Bohomolec

Édition papier

Date de parution : 08/10/2020

Prix : 23,00 €

Format : 23 x 15 cm, 448p.

ISBN : 978-2-88250-557-6

Édition numérique

Acheter ce livre au format numérique

Date de parution : 08/10/2020

Prix : 23,00 €

ISBN : 978-2-88250-574-3

    « Dans ses livres et dans ses toiles, Czapski regarde l’autre et le monde à hauteur d’homme. »


    Lisbeth Koutchoumoff, Le Temps


     


    « Terre inhumaine est l’œuvre d’un homme qui a répondu avec élégance à des circonstances impossibles. »


    Timothy Snyder, postface


     


    « Le maître livre de cet irremplaçable témoin de la tragédie polonaise du XXe siècle. »


    Olivier Maulin, Valeurs actuelles


     



    « Esprit raffiné, familier du Paris de l’entre-deux-guerres, Czapski ne fait pas de littérature. Il décrit ce qu’il voit, ce qu’il vit, qui il rencontre, que ce soit des hiérarques obtus, l’écrivain Alexis Tolstoï ou simplement les malheureux qu’il a croisés. »


    Étienne de Montety, Le Figaro littéraire


     



    « Avec pudeur, Czapski décrit la violence, la misère et l’oppression qui règnent dans l'univers soviétique, nous offrant, écrit l’historien Timothy Snyder dans sa préface, “un document unique sur le stalinisme au quotidien”. »


    Jean Sévillia, Le Figaro Magazine


    ,

Collection La bibliothèque de Dimitri

Première édition : L’Âge d’Homme, 1978

Traduction revue et corrigée

Préface de Timothy Snyder

En 1941, lorsque l'Allemagne se retourna contre l'URSS, des dizaines de milliers de Polonais – hommes, femmes et enfants – furent libérés des camps de prisonniers soviétiques et autorisés à rejoindre l'armée polonaise formée dans le sud du pays. Le peintre et officier de réserve Joseph Czapski fut l'un des survivants de ce périple meurtrier. Le général Anders, commandant en chef de l'armée, assigna à Czapski la tâche d’accueillir les Polonais qui s’engageaient et d’enquêter sur la disparition de milliers d'officiers disparus. Bloqué à tous les échelons par les autorités soviétiques, Czapski ignorait qu'en avril 1940, les officiers avaient été abattus dans la forêt de Katyń. Le récit de Czapski sur les années qui ont suivi sa libération du camp, la formation de l'armée polonaise et son périple en Asie centrale et au Moyen-Orient pour combattre sur le front italien est un témoignage capital sur les souffrances des Polonais en URSS. L’auteur y mêle des portraits de ses compagnons, des réflexions philosophiques ainsi que le récit de ses rencontres avec de grandes figures littéraires, dont Anna Akhmatova.