Le Cœur de la terre

Le Cœur de la terre

Svetislav Basara

Préface d'Eric Naulleau

Qui était vraiment Friedrich Nietzsche ? Il y a dans sa biographie un trou de trois mois, et c’est là que se trouve peut-être la réponse. En effet, Nietzsche est victime d’une cabale internationale ourdie par Wagner, Lou Salomé, Freud et autres Illuminati, auxquels, moyennant une légère torsion historique, viennent s’ajouter Staline et Atatürk. En 1882,...

Traduit par Gojko Lukic

Édition papier

Date de parution : 12/01/2017

Prix : 22,00 €

Format : 416p.

ISBN : 978-2-88250-452-4

Édition numérique

Acheter ce livre au format numérique

Date de parution : 12/01/2017

Prix : 15,99 €

ISBN : 978-2-88250-457-9

    « Un remède virtuose et homéopathique à l’intolérance et à la “complotite” contemporaine. »


    Eric Loret, Le Monde des livres


     


    « D’une Préface hallucinée invoquant Bloy Casares ou Borges, Svetislav Basara fait émerger un récit passionnant consacré à la figure du philosophe allemand Friedrich Nietzsche. L’auteur offre ici une œuvre extêmement documentée et à la fois accessible, qui donne envie d’aller encore plus loin dans la compréhension de cette époque. »


    Charlotte Desmousseaux, Librairie La Vie devant soi

    ,

Préface d'Eric Naulleau

Qui était vraiment Friedrich Nietzsche ? Il y a dans sa biographie un trou de trois mois, et c’est là que se trouve peut-être la réponse. En effet, Nietzsche est victime d’une cabale internationale ourdie par Wagner, Lou Salomé, Freud et autres Illuminati, auxquels, moyennant une légère torsion historique, viennent s’ajouter Staline et Atatürk. En 1882, afin d’échapper à cette meute, le philosophe prétend partir pour la Sicile, mais s’embarque en fait pour Chypre. Incognito. À moins que ce ne soit contraint et forcé, puisque, selon une autre hypothèse, captif du rêve d’un lecteur de Zarathoustra, il est entraîné malgré lui dans cette île au statut ontologique douteux. Quoi qu’il en soit, il y passera trois mois indescriptibles, que Le cœur de la terre, roman halluciné et hallucinant, s’emploie à décrire.

« Tout ce qui a trait à ce livre que nous soumettons à la curiosité du lecteur ne serait-il pas en fait parfaitement normal ? Ne serait-ce pas plutôt quelque chose dans la structure même de la réalité qui grince sinistrement, quelque chose dans le féerique enchaînement des causes et des effets qui commence à craquer, séparant irrémédiablement le narrateur de son histoire, l’histoire de la narration et le monde de notre représentation du monde ? »