Le Paradis perdu

Le Paradis perdu

Giles Milton

« Smyrne a été presque entièrement ravagée par un énorme incendie […]. Imaginez la projection constante de gigantesques boules incandescentes dans un ciel chauffé au rouge, des nappes de pétrole en combustion sur la mer Égée, l’air empuanti par une odeur nauséabonde, pendant que des nuages étouffants, des cendres et des étincelles passent au-dessus de nous – et vous...

Traduit par Florence Hertz

Édition papier

Date de parution : 15/04/2010

Prix : 25,35 €

Format : 23 x 15 cm, 432p.

ISBN : 978-2-88250-230-8

    « Un livre déchirant. »


    André Tubeuf, Le Point


     


    « Le Paradis perdu de Giles Milton est un passionnant livre d’une histoire ignorée, celle de la fin de Smyrne. »


    Yves Harté, Sud Ouest Dimanche


     


    « Il faut laisser à Milton son talent de vulgariser l’histoire en la rendant vivante. »


    Jacques Sterchi, La Liberté

« Smyrne a été presque entièrement ravagée par un énorme incendie […]. Imaginez la projection constante de gigantesques boules incandescentes dans un ciel chauffé au rouge, des nappes de pétrole en combustion sur la mer Égée, l’air empuanti par une odeur nauséabonde, pendant que des nuages étouffants, des cendres et des étincelles passent au-dessus de nous – et vous n’aurez encore qu’une petite idée de la grandiose et épouvantable scène de dévastation qui se déroule sous nos yeux. »


1922. La cavalerie turque entre dans Smyrne (aujourd’hui Izmir), sur la côte ouest de la Turquie, et la détruit entièrement. Dans Le Paradis perdu, Giles Milton nous raconte comment la ville la plus riche et la plus cosmopolite de l’Empire ottoman a pu connaître ce sort terrible.
Au cours des deux siècles précédents, Smyrne a prospéré ; les puissantes dynasties levantines ont contribué à en faire une ville majoritairement chrétienne, peuplée surtout de Grecs et d’Arméniens, mais aussi de Turcs et de Juifs, un cas unique dans le monde musulman.
Après la Première Guerre mondiale, la Grèce envahit la Turquie, dans le but de restaurer un Empire chrétien en Asie Mineure ; cette attaque est soutenue par les grandes puissances. Échauffourées, escarmouches, provocations, incursions de bandits se succèdent.
En 1922, les Grecs sont vaincus. Les armées turques se déchaînent contre la « ville infidèle » : les deux millions d’habitants de Smyrne sont jetés dans l’une des plus grandes catastrophes humaines du XXe siècle.
Avec son grand talent de conteur, émaillant son récit de témoignages et de détails colorés, Giles Milton nous restitue dans Le Paradis perdu toute l’ampleur de cet épisode tragique des relations Orient-Occident.