Les Cœurs endurcis

Les Cœurs endurcis

Martyna Bunda

Premier prix de la librairie la Grande Ourse à Dieppe

Les héroïnes de cette saga féminine, dont l’action recouvre le second tiers du XXe siècle en Pologne, sont trois sœurs : Gerta, fiable et sérieuse, Truda, qui cède facilement aux appels du cœur, et Ilda, la rebelle, la fantasque. Leur mère, Rozela, les a élevées seule dans le village cachoube de Dziewcza Góra. Pour survivre...

Traduit du Polonais par Caroline Raszka-Dewez

Édition papier

Date de parution : 06/01/2022

Prix : 21,50 €

Format : 23 x 15 cm, 256p.

ISBN : 978-2-88250-698-6

Édition numérique

Acheter ce livre au format numérique

Date de parution : 06/01/2022

Prix : 14,99 €

ISBN : 978-2-88250-699-3

    « Martyna Bunda réussit l’exploit d’entremêler la petite et la grande histoire dans un récit très romanesque. »


    Neue Zürcher Zeitung


     


    « Les scènes, presque des miniatures, débordent de vie et de détails magnifiques. Elles vous entraînent au cœur d’un monde étrange et pourtant familier. »


    Stern

Premier prix de la librairie la Grande Ourse à Dieppe

Les héroïnes de cette saga féminine, dont l’action recouvre le second tiers du XXe siècle en Pologne, sont trois sœurs : Gerta, fiable et sérieuse, Truda, qui cède facilement aux appels du cœur, et Ilda, la rebelle, la fantasque. Leur mère, Rozela, les a élevées seule dans le village cachoube de Dziewcza Góra. Pour survivre à la guerre, puis à la terreur stalinienne, elles doivent apprendre à dissimuler leurs sentiments. L’insensibilité devient leur bouclier contre l’adversité, et, là où d’autres s'effondreraient, Rozela et ses filles poursuivent leur chemin, vaille que vaille. Il y a des mariages et des séparations, mais ni les maris ni les enfants qui viennent au monde ne constituent le centre de tout. Ici, les liens du sang ne semblent relier que les femmes… Au fil des années, la maison de la mère restera le lieu où reprendre souffle, où retrouver forces et réconfort. Dans cette éblouissante évocation de la « dureté » des femmes, aucune idéalisation, aucun violon de mélodrame facile, mais des images inoubliables et un humour merveilleux. Une ode à la sororité, à une forme farouche de solidarité.

En direct d’Instagram