Aujourd’hui, nous allons dessiner la mort

Aujourd’hui, nous allons dessiner la mort

Wojciech Tochman

Le 7 avril 1994, il y a vingt ans, débutait le génocide rwandais. Ilnous appartient encore de ruiner le dessein des meurtriers, leur volonté d’effacement d’un peuple, en portant le témoignage des rescapés et en préservant avec eux la mémoire des disparus. Brillant héritier de Ryszard Kapuściński, le reporter polonais Wojciech Tochman immerge ses lecteurs dans l’histoire...

Traduit par Margot Carlier

Édition papier

Date de parution : 20/03/2014

Prix : 16,00 €

Format : 23 x 15 cm, 144p.

ISBN : 978-2-88250-338-1

    « Extrêmement dense dans sa sécheresse salutaire, le livre juxtapose des témoignages bruts, des faits, des chiffres qui permettent de saisir la prééminence des éleveurs tutsis depuis les temps légendaires. »


    Isabelle Rüf, Le Temps

Le 7 avril 1994, il y a vingt ans, débutait le génocide rwandais. Ilnous appartient encore de ruiner le dessein des meurtriers, leur volonté d’effacement d’un peuple, en portant le témoignage des rescapés et en préservant avec eux la mémoire des disparus. Brillant héritier de Ryszard Kapuściński, le reporter polonais Wojciech Tochman immerge ses lecteurs dans l’histoire spécifique de chacune des personnes qu’il présente, révélant le caractère irréductible, unique, de chaque vie. Léonard, orphelin tout dévoué à sa fratrie, guide l’auteur à travers le « pays des mille collines et du million de sourires », ignorant d’abord qu’il est l’un des principaux sujets de cette enquête. De village en village, la parole des habitants révèle l’envers d’un paysage paradisiaque dont chaque recoin fut le théâtre d’atrocités.

Ce livre est un document humain, il n’a nulle thèse à présenter. Tochman interroge les conséquences du génocide, non seulement pour les survivants et les bourreaux, pour les enfants des uns et les enfants des autres, mais aussi pour nous, qui ne pouvons qu’être ébranlés, malgré la distance et la sécurité dans laquelle nous vivons.