Rouvrir le roman

Rouvrir le roman

Sophie Divry

« Si nous voulons changer le roman, c’est avant tout pour le plaisir. »

Sophie Divry

Ce livre a pour but de discuter quelques idées reçues pesant sur la conscience de l’écrivain français contemporain qui, il faut l’avouer, a un lourd héritage. Cette réflexion, si elle relève avant tout de la théorie littéraire, n’a au fond d’autre but que de dire que le roman n’est pas...

Édition papier

Date de parution : 02/02/2017

Prix : 14,00 €

Format : 208p.

ISBN : 978-2-88250-453-1

Édition numérique

Acheter ce livre au format numérique

Date de parution : 02/02/2017

Prix : 9,99 €

ISBN : 978-2-88250-456-2

    « Avec Rouvrir le roman, c’est la littérature qu’elle entend galvaniser. Sophie Divry signe un très stimulant précis de liberté – comme le sont, au fond, tous ses livres. »


    Raphaëlle Leyris, Le Monde des Livres


     


    « Est-ce pour autant un essai réservé aux initiés – aux seuls romanciers ? Non, Rouvrir le roman, c'est ici nourrir et son appétit de lectures et son plaisir de lecteur. »


    Aurélien Delsaux, Études


     


    « Cet essai est à la fois combatif (et l'humour n'est pas la moindre des armes de Divry, qu'on se rappelle son Federmanien Quand le diable sortit de la salle de bain) et tempérant ; informé (l'auteure est une lectrice augmentée, semble-t-elle affirmer par son travail, me dis-je, une hyper-lectrice, en somme), documenté, donc, et extrêmement clair – d'une grande qualité, d'une grande tonicité, d'une grande joie. »


    Guénaël Boutouillet, Faire (800) signes


     


    « Il est parfois important de mettre les poings sur les i. Voire de rappeler de quel i on parle. C’est ce que fait Sophie Divry dans son essai (...). Tonique et décontracté, son texte n’en est pas moins combatif. Son propos est multiple et stimulant : montrer que le roman, loin d’être moribond (ou carrément enterré), se porte bien, mais à condition qu’on se donne les moyens de l’ouvrir… »


    Claro, Le Clavier cannibale


     


    « Une réflexion rassérénante, modeste, engagée, profonde et stimulante. »


    Caroline Clément, Librairie Coiffard (Nantes), Page des Libraires

« Si nous voulons changer le roman, c’est avant tout pour le plaisir. »

Sophie Divry

Ce livre a pour but de discuter quelques idées reçues pesant sur la conscience de l’écrivain français contemporain qui, il faut l’avouer, a un lourd héritage. Cette réflexion, si elle relève avant tout de la théorie littéraire, n’a au fond d’autre but que de dire que le roman n’est pas mort, et que la littérature vaut le coup.

Face aux plaintes répétées des « déclinologues » qui ne prouvent que leur propre perte de foi et laissent le lecteur dans un découragement démobilisateur, Sophie Divry propose des solutions pour refaire du roman un lieu de recherche et d’aventures. Elle partage ses idées pour une littérature plus exigeante, plus vivante et plus tenace, plus nécessaire aux auteurs comme aux lecteurs.